Zak Eazy

Zak Eazy, l'artiste surréaliste qui cultive le mystère

Artiste lillois 100% autodidacte, Zak Eazy navigue entre inspiration surréaliste et création graphique pour nous livrer un univers onirique dans lequel il laisse la nature reprendre ses droits. Mais qui est celui qui se cache derrière ces créations peuplées de mystère ?

Tic Time : Qui se cache derrière le pseudo Zak Eazy ?

Zak Eazy : "Zak" c’est pour Zacharia, mon prénom, et le "Eazy" c’est un surnom qui remonte à l’enfance ! Au collège, j’étais réputé pour être quelqu’un qui ne se prenait pas la tête, qui relativisait. Je trouvais les choses assez simples et c’est pour ça qu’on a commencé à m’appeler Zak Eazy. C’est resté. Je vis dans la métropole lilloise et je suis un graphiste de 24 ans.

Comment votre vocation d’artiste est-elle née ?

Au lycée, j’ai découvert Photoshop et le graphisme, et j’adorais ça, j’ai donc souhaité m’orienter vers des études consacrées à l’art et au graphisme. Mais une fois en fac d’art, je me suis rendu compte que c’était trop classique, il y avait beaucoup de peinture et de dessin, mais peu de digital. J’ai quitté la fac après quelques mois en décidant de me former tout seul au graphisme via des tutoriels sur YouTube ou sur le web. Petit à petit, j’ai commencé à participer à des concours de logos, j’en ai gagné pas mal, ce qui m’a conforté dans mon choix et poussé à continuer sur cette voie. Je suis donc devenu graphiste.

En 2019, je travaillais à Paris en tant que chef de projet, je faisais tous les jours l’aller-retour en train entre Lille et Paris. Chaque jour, j’avais 2 heures de train pour travailler sur quelque chose de plus personnel, sur mon univers à moi. J’ai commencé avec beaucoup de lieux et d’architecture lilloise, j’avais envie de lier l’architecture de Lille, là où je vis, et ma passion pour le graphisme.

C’est un univers où la nature reprend ses droits de manière un peu surnaturelle.

Vous vous définissez plutôt comme un artiste ou comme un graphiste ?

Un peu les deux. Je suis toujours graphiste freelance, donc le graphisme c’est mon métier, mais mes créations sur Instagram relèvent plus de l’art.

Quel rôle ont joué les réseaux sociaux dans votre carrière ?

Au départ, j’ai créé mon compte Instagram pour montrer mes créations. Cela m’amusait de montrer aux Lillois les métamorphoses des bâtiments qu’ils connaissaient et qu’ils voyaient tous les jours. Le fait de revisiter de manière surréaliste l’architecture lilloise les a tout de suite interpellés. C’est comme ça que je me suis fait connaître. De fil en aiguille, j’ai été contacté par de plus en plus de personnes, et notamment la ville de Lille qui a fait appel à moi pour une campagne de communication.

Comment décririez-vous l’univers de vos œuvres ?

Je dirais qu’elles sont assez surréalistes, c’est un univers où la nature reprend ses droits de manière un peu surnaturelle.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Je suis fasciné par la nature. Que ce soit le désert, la banquise, la forêt, la jungle… elle peut prendre tellement de formes, c’est très inspirant. Salvador Dali, que je considère comme le maître du surréalisme, est clairement une référence, j’ai vraiment adoré étudier son travail, j’aime sa manière de voir les choses qui ne sont pas concevables et qui sortent tout droit de sa tête. Il y a aussi d’autres graphistes dont j’admire le travail, je pense notamment à Julien Tabet, c’est lui m’a poussé à me lancer sur Instagram. Enfin, l’architecture, c’est le premier métier que je voulais faire, et plus particulièrement les immeubles haussmanniens, les immeubles en pierre de taille, que j’avais envie de mettre en scène.

Comment vous expliquez votre succès ?

Je crois que mes créations suscitent beaucoup d’étonnement. Lorsqu’on regarde chaque création, on est intrigué, on se demande pourquoi, qu’est-ce que les animaux font là, comment la nature est arrivée là, cela suscite énormément de questions et participe au mystère. Au début je ne m’en rendais pas compte, mais j’ai reçu tellement de messages de personnes qui se posaient des questions sur l’intrigue, que maintenant j’en joue un peu plus !

Tic tac certified

L'univers doux et onirique de Zak Eazy est tellement rafraîchissant ! Un véritable moment de plaisir à partager avec vos proches !

  • 0
  • 0
  • 3
  • 0
Related